ActualitésAVEC LE BOITIER NEURO COACH "l'AVC n'est pas une fatalité"

Edité le : 16/02/2020
Par SL

Le neurocoach enregistre les troubles cardiaques, l'apnée du sommeil et le système nerveux autonome.

«L’AVC n’est pas une fatalité.» Voici la devise ou plutôt la mission que s’est donnée Life medical control, issue d’une société universitaire composée de médecins chercheurs et d’industriels.

Cette entreprise stéphanoise a mis au point le boîtier NeuroCoach qui permet un dépistage rapide et gratuit des facteurs de risque d’AVC.

«Le NeuroCoach enregistre trois vecteurs : les troubles cardiaques, l’apnée du sommeil et le système nerveux autonome », détaille Noël Bory, gérant de Life medical control.

Mis au point en 2017, il enregistre toutes ces données nécessaires en une nuit seulement, pendant votre sommeil. Le lendemain, Life medical control récupère les données: «On va les analyser. On se focalise sur les AVC, mais cela permet également de détecter les maladies cardiovasculaires et les infarctus notamment.»

« On estime que l’on peut supprimer entre 30 % et 50 % des AVC »

Et Life medical control ne se contente pas de déceler des pathologies. L’objectif est aussi d’apporter des solutions : « On détecte un niveau de forme général. L’idée est de voir l’état de ces trois facteurs, pour que le médecin puisse apporter les corrections en conséquence. On dit que l’AVC est en dehors des radars du médecin. Et on estime que l’on peut supprimer entre 30 % et 50 % des AVC. »

Le NeuroCoach se développe dans la région depuis deux ans: «Il a été très bien accueilli par le milieu de la santé.»

En deux ans, « plusieurs milliers de personnes » ont utilisé le NeuroCoach. Et le rythme va s’accélérer très fortement en 2020 : « Nous avons 10 000 analyses à fournir pour une nouvelle mutuelle avec qui nous avons un accord. Nous estimons que nous aurons entre 20 000 à 30 000 analyses à effectuer en 2020. Et nous développons de nouveaux partenariats avec des mutuelles. »

Life medical control réunit actuellement quatre personnes: « Nous devrions être une dizaine d’ici fin 2020. » C’est une belle réussite stéphanoise : « C’est un produit imaginé, conçu et fabriqué à Saint-Étienne. Ensuite, l’analyse se fait également à Saint-Etienne. »

Et la marge de progression est encore exceptionnelle : « Il y a 150 000 AVC par an en France. On estime qu’il faudrait tester les personnes de 55 ans et plus. Cela ferait 10 millions d’analyses par an. »

Autres articles